La Passerelle
de Saint-Mandé

les dits et écrits de Catherine

L'Atelier d'écriture était complet cette semaine, cela plait beaucoup, tout le monde veut écrire, mettre au propre ses souvenirs, son quotidien, laisser une trace pour les enfants, une biographie familiale.

Mais, une vraie " écrivaine ", c'est rare, une pépite, il n'y en a pas des masses.

Lors de mon stage, une petite jeune fille de 14 ans nous a bluffés par son talent, la qualité de son style, la richesse de son vocabulaire et de ses références littéraires.

C’est avec beaucoup d’humour, qu’elle a choisi de raconter le calvaire d'une fée dite " Carabosse ", accusée à cause d'un physique disgracieux, d'être une mauvaise fée, se complaisant à jeter des sorts aux enfants, dès le berceau.

Elle voulait juste rendre service à une jeune fille perdue dans ses rêves afin qu'elle obtienne un diplôme et s'assume financièrement au lieu de dépendre de l'arrivée improbable d'un prince dit charmant.

Toutes les femmes que je connais ont toutes épousé des princes charmants qui se sont révélés au fil des années des éteignoirs ou plus si affinités !

Pour préserver son couple, la vie de l'épouse doit être intéressante, riche de rencontres, d'intérêts de toutes sortes : intellectuel, artistique, etc.

On ne peut pas attendre tout d'un mari, l'indépendance financière est plus que jamais nécessaire, nous devons être des partenaires, construire une vie à deux en essayant de vivre, au mieux sans se détruire par des problèmes de pouvoir, de rivalité, de compétition ou autres…

Enfin pour résumer, la jeune belle princesse n'était pas douée pour filer la quenouille. Dès ses premiers essais, elle s'est piqué le doigt, une vraie gourde selon la fée, pas douée et prétentieuse qui a tout de suite reporté ses incapacités sur son employeur. La fée, ulcérée, a porté sur sa stagiaire un malencontreux coup de baguette, la belle s'est retrouvée endormie pour 100 ans. Un problème de réglage indépendant de sa volonté, a déclaré la fée. Les syndicats se sont emparés de l'affaire, les réseaux sociaux ont fait le reste…

Carabosse s'est bien défendue. Pour couper court à vos insinuations, a-t-elle dit : " je vous annonce que dans 100 ans, messieurs, elle n'aura plus besoin de filer la quenouille. Les textiles modernes lui conviendront parfaitement, elle pourra ouvrir une boutique de prêt-à-porter ou être styliste, " influenceuse " sur le net, que sais-je ? Je lui ai rendu un fier service à cette bécasse. Au lieu de végéter dans un artisanat confidentiel, elle se lancera sur le marché international et fera carrière !"

Un vrai conte de fée, mis au goût du jour, pour poursuive dans le monde merveilleux de l'enfance. Je suis allée à l'Institut Suédois 11 rue Payenne à Paris voir l'exposition " On va au parc ". Le lieu est superbe, la visite est gratuite et le charme opère, Beatrice ALEMAGNA propose ses illustrations pleines de poésie et Sara STRIDSBERG, la Suédoise, a écrit le texte. 

" Le jour où l'imagination des enfants se fatiguera d'en créer, ce jour-là, l'humanité se sera appauvrie." Astrid LINDGEN

la reine des pommes

 un texte de Catherine Blanchard

Après avoir pris de belles vacances et de grands mois de repos, on se remet à l'ordinateur pour de nouvelles chroniques… samedi dernier, j'ai même participé à un atelier d'écriture… organisé par la Médiathèque de Saint-Mandé, quoi de mieux pour remettre de l'huile dans les rouages et reprendre une activité littéraire... le thème était " les contes pour enfants ".

Il fallait les revisiter et raconter l'histoire du point de vue du " méchant " très bonne idée…

Notre charmante animatrice nous donne une heure… pas le temps de dire ouf et d'avoir le mal de la feuille blanche. Tout le monde se lance à l'assaut de l'histoire… la belle-mère de Blanche neige me paraît un bon personnage à réhabiliter… allez, je me lance…

" Miroir, mon beau miroir "

Je me regarde, je me regarde trop, une habitude qui me vient de l'enfance : " tiens-toi droite, ne te laisse pas aller, fais bonne figure sinon. Tu n'arriveras à rien de bien " me rabâchait sans cesse Mamita, ma mère, la divine reine de ce royaume.

Le protocole, les contraintes, quand je fais le compte de ce que j'ai dû subir depuis mes premières années pour espérer, un jour, être moi aussi couronnée, adoubée par tous ces barbons ventripotents qui rédigent les lois sur ce qu'ils imaginent être une femme, une reine, je me demande comment j'ai pu tenir !

Avais-je le choix ? On ne choisit pas sa famille, la mienne remonte aux croisades, alors … j'ai fait tout ce que j'ai pu pour préserver ma lignée et ma ligne : régimes, gymnastique, tous ces sacrifices pour entrer dans la robe corsetée du couronnement !

Croyez-moi, combien de fois j'ai voulu tout laisser tomber, la couronne, le sceptre, le trône et le reste.

Enfin, après des années et des années de privations, me voilà enfin au faite de la gloire, espérant profiter un peu de cette réussite spectaculaire, de ce parcours sans faute.et vlan, stupeur… je jette un coup d'œil au miroir, ou plutôt à tous ces miroirs… il faut vous dire que j'habite un grand château… pas tout à fait Buckingham. 120 fenêtres tout de même, impossible à chauffer, une vraie passoire climatique, un château glacial donc, mais qui a beaucoup de gueule, avec une galerie des glaces superbe, pas tout à fait Versailles mais presque, question miroirs, je suis très gâtée !

Et ce matin, je prends mon reflet en pleine figure, pensez 50 miroirs d'un coup qui se reflètent les uns les autres, que vois-je ? Deux horribles traits qui marquent les coins de ma bouche et dessinent une moue désagréable sur ma figure de médaille, pas belle à voir !

Et voilà le résultat de ces années d'ambition pour être la meilleure, fidèle au poste... trop de travail, trop de conflits à régler, trop de règlements, de paperasses à signer, en dix ans, j'ai pris… dix années !

Et c'est à ce moment de fragilité extrême, car qu'est-ce qu'une femme ? Une femme, c'est la beauté ! Ma mère me le répétait sans arrêt : " une femme ne peut pas se contenter d'être intelligente, elle ne le peut pas ". À ce moment de grande fragilité tant morale que physique, que cette gourde, vraiment une gourde celle-là, Blanche, la fille de mon deuxième mari est arrivée en sautillant, qu'est-ce qu'elles ont toutes à sautiller ces gamines et là, nouveau choc, je ne vois qu'elle dans cette galerie des glaces, son image démultipliée m'a sauté au visage !

Pas l'ombre d'une ridule, un teint clair, blanc comme neige, on voit qu'elle s'économise, moi aussi, j'aurai pu être souriante et sautillante en laissant tomber mes devoirs de reine et d'épouse…

Trop, c'est trop, pour la matinée, moi qui suis toujours réservée, pleine de retenue, là, je voulais qu'elle dégage et vite, du palais, du royaume, ne plus la voir, jamais ! Sinon… j'allais faire un malheur.

Elle a dû le sentir car elle venait me demander de quitter le château et d'aller faire un stage dans la campagne chez les vrais gens. Oui, elle m'avoue que depuis quelques semaines, elle a abandonné les cours de danse et veut se consacrer à la culture des pommes bio avec sa copine Greta.

Une de ses nouvelles marottes, il y aurait trop de pesticides sur les pommes et les pommiers de nos pommeraies, elle est devenue écolo !

Elle est formidable Blanche, elle veut ruiner toute la filière des fruits et légumes du royaume, encore une idée qui va plaire aux producteurs du pays !

J'avais raison comme toujours, mais cette fois, n'en déplaise aux frères Grimm, je n'ai pas eu besoin d'intervenir, elle a trouvé à qui parler, séquestrée en moins d'une semaine par le syndicat des nains de jardins " sois belle et tais toi " dans la campagne, la formule semble toujours d'actualité malgré quelques avancées dans le domaine du féminisme ! 

 

Quant à moi, j'ai pris une année sabbatique, remise en forme, spas, botox, un peu, très peu de chirurgie esthétique, juste les yeux et les plis de la bouche et voilà le miroir est content : toujours la plus belle… Mon secret… une pomme " bio " tous les matins.

à partir d'octobre

nous vous proposons
de tenter votre chance
aux ÉCHECS avec Jean-Pierre LE FLOCH

à partir d'octobre
le TENNIS DE TABLE commence plus tôt

Nous avons reçu des directives de la Mairie 

ADHÉSIONS 2021
auprès de Gabriel


exceptionnellement 10 € au lieu de 25
par chèque 
de préférence
à l’ordre de La Passerelle de Saint-Mandé

libre à vous d'augmenter le montant


merci de venir à la Maison de la famille
le lundi ou le vendredi
entre 14 et 15 heures
avec votre carte à valider

en cas de renouvellement

merci Jacqueline !

n'hésitez pas à aller dans la rubrique 

bon à savoir 

il y a des propositions hors Passerelle
qui peut-être vous intéresseront ?